Les transformations organisationnelles apportent leur lot de changements dans le quotidien de travail. Qui dit changement, dit parfois émotions intenses. Afin d’éviter de tomber dans un cercle vicieux et d’en ressortir physiquement et psychologiquement épuisé, il importe de pratiquer sa posture mentale positive.

Qu’est-ce que ça veut dire avoir une posture mentale positive?

De mon point de vue, il s’agit d’être capable de reconnaître une situation dans son ensemble (le positif comme le négatif) tout en choisissant de mettre le focus sur le positif et de continuer d’avancer.

Une image vaut mille mots pour expliquer cette définition :

Certaines personnes sont naturellement du côté « Il pleut ». Elles acceptent la situation et construisent à partir de celle-ci. Pour les autres pour qui l’acceptation est un défi, voici mes 3 conseils pour y arriver :

1. Nommez vos émotions

Premièrement, vous devez être en mesure de :

  • reconnaître la source des préoccupations que vous vivez : le pourquoi. Par exemple, est-ce que vous percevez le changement annoncé comme une perte d’autonomie, un sentiment d’incompétence, une orientation qui n’est pas en lien avec vos valeurs, etc.
  • nommer vos émotions : le quoi. Le simple fait de nommer vos émotions à haute voix déplace l’activité dans votre cerveau du centre émotionnel vers le cortex préfrontal supérieur et par conséquent, vous retrouvez un espace pour réfléchir, prendre du recul et recadrer. Portez également une attention particulière aux mots que vous choisissez pour décrire votre expérience: ils ont une influence sur votre état émotionnel.

Plutôt que de dire : « C’est fou, c’est trop, je n’y arriverai jamais. », essayez la formulation « C’est un défi qui m’amène du stress, mais je vais aller chercher l’aide pour y arriver ».

2. Accueillez le négatif

  • Il est normal de vivre du stress, de l’anxiété, de la confusion, de la tristesse lors d’un changement. Cependant, le réflexe est souvent de ne pas vouloir les vivre puisqu’elles sont plutôt inconfortables. Plus vous les poussez, plus elles vont finir par revenir…peut-être encore plus fortes! Il est donc préférable que vous puissiez les accueillir et ce, sans les juger.
  • Donnez-vous le droit d’avoir une moins bonne journée, une journée où vous vous sentez triste. Ne vous mettez pas la pression de devoir vous changer les idées, prenez le temps de vivre l’émotion.
  • Le défi avec les émotions négatives est de ne pas les laisser prendre toute la place et guider vos décisions. Vous reposer, prendre soin de vous et faire de l’exercice seront vos meilleurs alliés.

3. Écrivez

  • Il est prouvé scientifiquement que d’écrire aide à concentrer son attention sur le bien dans notre vie. Graduellement, votre cerveau s’entraîne à remarquer davantage le positif. Personnellement, l’écriture est le moyen qui me permet d’avoir de la gratitude et qui est le plus efficace pour les épisodes de vie plus anxieux.
  • Plusieurs outils sont disponibles sur le marché tel que le 5 Minutes Journal: un bout de papier et un crayon (ou l’application Notes de votre cellulaire) sont suffisants. Notez quelques éléments positifs de votre journée ou encore, les aspects de votre vie pour lesquels vous avez de la gratitude.
  • Ne cherchez pas le grandiose, cherchez plutôt à apprécier les petites choses! Par exemple : une randonnée à vélo, un repas de votre restaurant préféré, une soirée passée avec un ami. Répétez aussi souvent que possible!

Changer de posture mentale requiert de la pratique et de la patience

Il faut mettre les efforts pour y arriver et essayer les techniques jusqu’à ce que l’on trouve celles qui fonctionnent pour nous. La courbe de progression peut parfois nous sembler lente, mais on finit par arriver à avoir un meilleur contrôle et à orienter positivement nos pensées.